Biscornus

Un murmure entre les langues

"Pour nous qui sommes ici pour parler de nos langues avec un pluriel qui est toujours curieusement à la fois forcé et choisi, notre raison à mon sens trouve ses sources dans un murmure d'entre les langues à partir duquel nous prenons voix.

 

Ce murmure fait que souvent, lorsque nous parlons dans l'une ou dans l'autre de nos langues, la voix qui sort comporte certaines rugosités, d'accent ou d'expression, des genres de noms mal sentis, des rythmes d'ailleurs qui viennent troubler l'ici-même, souvent seulement d'un peu.

 

Nous nous faisons comprendre sans trop de problèmes.

Nos interlocuteurs nous trouvent souvent dotés d'un certain charme, nous dont l'effort, parfois ancien et révolu, pour être capables de leur parler s'entend. Nous connaissons un bruit de fond qui fait que les paroles qu'on émet gardent la trace d'un espace et d'un temps autres que ceux à qui par ailleurs nous obéissons parfaitement.


Ma proposition est la suivante: qu'est-ce que cela ferait pour tous si nous prenions acte du fait que nous bi- ou multilingues sommes tous, chacun au gré de nos intersections avec la grande Histoire, vraiment plus qu'un peu biscornus. "

 

William Caroline, 27 septembre 2013

(Texte offert au CAFÉ BILINGUE, table ronde "Que racontent nos langues")

Écrire commentaire

Commentaires : 0