Une éducation bilingue

Je suis l'activité du Café Bilingue depuis longtemps et je partage entièrement le regard que vous portez sur l'importance du bi- et multi-linguisme dans notre monde en pleine internationalisation.
Je suis russe d'origine, vis en France avec un Français et notre fille de 7 ans est bilingue.
Pendant cinq ans j'ai travaillé dans les relations internationales au sein d'un grand institut de recherche français. Cette expérience m'a permis de ressentir vraiment le rôle du bilinguisme dans la compréhension mutuelle entre les gens des différents pays pour des échanges intéressants et efficaces.

Et justement en ce moment, avec ma fille nous sommes en Russie pour trois mois. Elle va à l'école ici, là où j'ai fait toute ma scolarité. C'est une école spécialisée en étude approfondie du Français et depuis plusieurs années elle a perdu de son prestige à côté de toutes les écoles proposant l'anglais comme première langue. Donc en même temps que nous tentons une expérience avec ma fille de suivre les deux programmes en parallèle (mais pas seulement à distance, car ce n'est pas pareil), je suis également contente de contribuer au projet de cette école russe qui vise à rétablir des relations avec des écoles françaises par des échanges longs d'élèves et à remonter la valeur du couplage de nos deux langues.

Voilà, je voulais vous faire part de notre démarche et si cela intéresse quelqu'un, nous sommes prêtes à continuer à partager cette expérience passionnante. Et s'il y a d'autres participants du Café Bilingue qui on fait la même chose, je serais ravie d'échanger sur le sujet.
Lidia

Commentaires : 1 (Discussion fermée)
  • #1

    Alex (vendredi, 25 octobre 2013 16:02)

    Bonjour,
    Notre fille russophone de 13 ans (maman ukrainienne, papa français) est partie 2 mois en Russie pour faire la rentrée de sept 2013. Elle s'est adaptée au rythme de vie, porté un uniforme, a été traitée comme une vraie russe tout au long de son séjour et a beaucoup appris.
    Elle étudie le russe depuis l'age de 5 ans à l'école associative de Lyon "Chkola" et nous avions un problème avec son niveau de russe écrit qui n'était pas aussi bon que l'oral.
    Si, plus tard, elle souhaite suivre une partie de ses études en Russie (il existe d'excellents instituts qui rivalisent avec beaucoup d'autres en Europe), elle doit s'améliorer ce point et le projet d'un séjour éducatif s'est finalement réalisé avec notre soutien.
    Nous pourrons en faire une évaluation très bientôt après la rentrée des vacances d'octobre.
    Bravo pour votre initiative qui ne peut que donner d'excellents résultats en marquant durablement et positivement l'esprit de votre fille, ceci l'aidera dans son apprentissage et pas seulement par l'apport de connaissances mais aussi par l'expérience de vie.
    Ces 'vécus' constituent un vrai territoire d'émotions qui lie l'enfant à la langue et lui permet d'évoluer en dehors du cadre strict de la famille.
    En effet, si l'adolescence éloigne nécessairement l'enfant des parents et peut se transformer en certaines formes de rejet - aussi par désir de ressembler aux autres - Il arrive malheureusement que l'ado 'oublie' sa langue dans un mécanisme classique de rejet des parents.
    Vous pourrez constater à quel point l'appropriation par votre petite fille de la langue dans son histoire individuelle et pas seulement familiale contribuera à la continuation de son apprentissage au moment charnière de l'acquisition de connaissances critiques.

DGLFLF
DGLFLF